Notre histoire

Instituée à l’origine pour mettre en lien producteurs et consommateurs, la Chambre Syndicale BOCI a été créée en 1873 par les artisans de la « Bijouterie Imitation », bientôt rejoints par l’Orfèvrerie de fantaisie. C’est elle qui, dès 1931, lance le premier salon de la bijouterie réservé aux professionnels : Bijorhca est né. Petit retour sur une riche histoire…

  • <p>Fondation de la « Chambre Syndicale de la bijouterie imitation, bijouterie dorée, deuil, acier, écaille, petits bronzes, etc., et des...

    Fondation de la « Chambre Syndicale de la bijouterie imitation, bijouterie dorée, deuil, acier, écaille, petits bronzes, etc., et des industries qui s’y rattachent ».

  • <p>Le terme bijouterie « imitation » disparaît, la Chambre</p><p>se renomme « Chambre Syndicale de la Bijouterie Fantaisie en tous genres et des...

    Le terme bijouterie « imitation » disparaît, la Chambre

    se renomme « Chambre Syndicale de la Bijouterie Fantaisie en tous genres et des industries qui s’y rattachent ».

  • <p>La Chambre Syndicale crée la première « Semaine de la Bijouterie » (futur Bijorhca), du 6 au 11 octobre, à Paris, dans les salons de...

    La Chambre Syndicale crée la première « Semaine de la Bijouterie » (futur Bijorhca), du 6 au 11 octobre, à Paris, dans les salons de l’Hôtel Moderne, avec 41 exposants.

  • <p>40 fabricants participent au Pavillon de la Parure</p><p>à l’Exposition Universelle de Paris.</p>

    40 fabricants participent au Pavillon de la Parure

    à l’Exposition Universelle de Paris.

  • <p>La Semaine de la Bijouterie déménage Porte de Versailles, à Paris.</p>

    La Semaine de la Bijouterie déménage Porte de Versailles, à Paris.

  • La Chambre Syndicale adopte son intitulé actuel, « Chambre Syndicale de la Bijouterie Fantaisie, de l’Orfèvrerie, des Objets pour Cadeaux, et...
    La Chambre Syndicale adopte son intitulé actuel, « Chambre Syndicale de la Bijouterie Fantaisie, de l’Orfèvrerie, des Objets pour Cadeaux, et Industries qui s’y rattachent » ou, plus simplement, B.O.C.I.
  • <p>Est signée la première « Convention collective nationale de</p><p>la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie et activités qui</p><p>s'y...

    Est signée la première « Convention collective nationale de

    la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie et activités qui

    s'y rattachent, toujours en vigueur », toujours en vigueur.

  • <p>Création d’une mission au Japon, qui deviendra</p><p>« Collections Françaises », aujourd’hui évènement phare</p><p>à l’export de la...

    Création d’une mission au Japon, qui deviendra

    « Collections Françaises », aujourd’hui évènement phare

    à l’export de la profession.

  • <p>Exposition « Un &amp; Une », à Galliera, musée de la mode de Paris, proposant la mise en scène de pièces uniques et exceptionnelles des...

    Exposition « Un & Une », à Galliera, musée de la mode de Paris, proposant la mise en scène de pièces uniques et exceptionnelles des adhérents.

  • <p><span>Plan Filière Créatives IDF : à l’initiative de la</span> DRIRE Ile-de-France, représentant l’État, et de la Région Ile-de-France,...

    Plan Filière Créatives IDF : à l’initiative de la DRIRE Ile-de-France, représentant l’État, et de la Région Ile-de-France, huit organisations professionnelles, parmi lesquelles la Chambre Syndicale BOCI, ont bâti ensemble un plan d’action de développement économique sur trois ans, conçu et destiné aux PME franciliennes de leurs secteurs.

  • <p>Remise des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Mme Nicole Roux, actuelle Présidente de la BOCI.</p>

    Remise des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Mme Nicole Roux, actuelle Présidente de la BOCI.

  • <p>Projet « Etincelle de Mode » en partenariat avec l’association Etincelle (soutien aux femmes souffrant d’un cancer). Des pièces uniques,...

    Projet « Etincelle de Mode » en partenariat avec l’association Etincelle (soutien aux femmes souffrant d’un cancer). Des pièces uniques, portées par les Miss lors de l’élection Miss France 2012, exposées à Paris, à Marseille, puis à Saumur, ont été vendues aux enchères par la maison Artcurial au profit de l’association.

Derrière le sigle « Bijouterie Fantaisie, de l’Orfèvrerie, des Objets pour Cadeaux, et Industries qui s’y rattachent », la Chambre Syndicale regroupe de nombreux métiers répartis au sein de trois grandes familles :

- la Bijouterie Fantaisie,

- les Métaux Précieux,

- les Industries Appliquées aux Métiers d’Art.

Se côtoient et se mélangent ainsi des créateurs et fabricants de bijoux en laiton, comme en argent, en plumes comme en or, mais aussi de nombreux fournisseurs de ces fabricants prêts à mettre leurs savoir-faire au service de la création : fondeurs, doreurs, estampeurs, monteurs, polisseurs, etc.

Tantôt « clincaillerie », « d’imitation », « de mode », « accessoire » ou encore « de création », le bijou fantaisie a porté bien des noms et a mis du temps à gagner ses lettres de noblesse, du moins dans son appellation. Pourtant, il est loin le temps où ce « parent pauvre » se contentait d’imiter sa grande sœur précieuse et traditionnelle, la joaillerie. Désormais, la mode, les tendances et les accessoires sont trois alliés inséparables, et le bijou fantaisie en est définitivement le joyau.
Le bijou fantaisie comprend la fabrication totale ou partielle de tout article de bijouterie à vocation d’accessoire de mode ou de parure. Il se caractérise par l’utilisation de matériaux moins précieux que ceux de la joaillerie, bien qu’ils puissent y être intégrés. Composants traditionnels, tels le laiton, l’acier, les strass, le cristal, les perles d’imitation, ou encore le verre, l’émail et le cuir, flirtent avec des matériaux plus innovants ou incroyables, comme le papier, le liège, la porcelaine, des objets de récup’, etc. Véritable parure définissant la silhouette de qui le porte, le bijou fantaisie se fera tantôt boucle d’oreille, épingle à cheveux, tantôt collier, bague, bouton de manchette, boucle de ceinture, bijou de sac, diadème, etc. Finalement, ce qui caractérise le mieux le bijou fantaisie, c’est bien l’absence de limite dans la création !

Le salon Bijorhca n’a pas toujours porté ce nom prestigieux, connu de tout le secteur. C’est en 1930 que la BOCI lance la première « Semaine de la Bijouterie », qui, d’annuelle, passera vite à des sessions bi-annuelles, et s’installera, à partir de 1959, sur son site actuel : la Porte de Versailles, à Paris.
Ce n’est qu’en 1976 que le salon adoptera pour la première fois sa dénomination aujourd’hui reconnue sur le plan international : Bijorhca. Vendu par la Chambre Syndicale BOCI en 1996, le salon, désormais organisé par Reed Expositions France, va peu à peu mettre en avant son côté fashionista et adopter un temps l’appellation « Eclat de Mode ». Depuis Janvier 2013, l’appellation Bijorhca est cependant revenue en haut de l’affiche de ce rendez-vous unique du bijou mode.